Code couleurDe la couleur comme interprète, traductrice ou guide

Cette exposition itinérante a été accueillie du 13 au 28 mai 2014 à la MISHA, Maison Interuniversitaire des Sciences de l'Homme – Alsace puis elle a été présentée du 26 novembre au 9 décembre 2014 au Palais Rihour à Lille en coordination avec la MESHS - Lille Nord de France.

Cette exposition présente les travaux plastiques et expérimentaux des étudiants d’année 4 (MI) de l’atelier de Didactique visuelle réalisés sous la responsabilité de Sandra Chamaret et d’Olivier Poncer de novembre 2013 à mai 2014. Les treize étudiants ont élaboré des dispositifs, des expériences visuelles, tactiles et plastiques qui ont toutes pour point commun la relation entre le texte (la signification) et la couleur : terminologie, rationalité et limites du nuancier, perception et leurre. En complément, des ateliers pédagogiques sont imaginés par les étudiants (code couleur +) et un journal d'exposition est édité, avec des contributions de Valérie Chansigaud, historienne des sciences et d’Annie Mollard-Desfour, linguiste (version numérique consultable via Scribd ci-dessous). Le thème de la couleur est vaste, nous avons souhaité le circonscrire à des domaines qui nous sont proches. Interprète, traductrice ou guide, la couleur fonctionnelle qui nous anime joue un rôle actif dans la représentation didactique. Elle se doit d’être immédiatement reconnaissable et compréhensible.

Cliquez sur les visuels pour les faire défiler.
@ Photographies de Colin Cuerq, Agathe Kervadec, Olivier Poncer, Sandra Willauer
@ Modélisations 3D d'Étienne Guimond

+ d'informations - d'informations

Couleur interprète, lorsqu’elle poursuit la réalité pour imiter au plus près un rendu dessiné de plumage ou de floraison. Elle doit alors rendre compte de son objet de la façon la plus neutre possible, la plus appliquée, la plus subtile aussi. Comment déceler puis fixer la teinte précise d’un pistil ou d’une plume ? Et ensuite… Au sein des larges gammes colorées qui cohabitent dans notre environnement, comment isoler et nommer une valeur de teinte que l’on sait subjective ? L’être humain a inventé le nuancier, un outil égal au dictionnaire dans sa volonté de définir un vocabulaire commun. Un répertoire, une sorte de monde clos qui contient une vision colorée. Et comme ces mondes sont multiples, il y a autant de nuanciers que de sujets d’études ou de professions. Couleur traductrice, lorsqu’on lui assigne une mission de code (rouge = interdit/vert = autorisation) qui l’extrait de sa fonction réaliste. Elle devient alors construction intellectuelle, pure abstraction ou symbole… et devra être apprise, comme n’importe quel code, puis reconnue et comprise. Elle nomme… et résonne tel un accord tacite entre le producteur de forme et son lecteur. Attention cependant à ne pas multiplier les couleurs au risque de perdre toute efficacité. Héritière de l’art abstrait, lorsque la couleur devient sujet en elle-même, valorisée pour son efficacité plastique. Elle peut aussi être utilisée pour sa vibration, sa puissance. Jusqu’à s’épanouir dans des domaines jusque là réservés au noir et blanc. Enfin, couleur guide. Pour l’usager, elle incarne une trace, une ligne à suivre soigneusement pour différencier son bus sur un plan ou une surface de laquelle on se rapproche pour trouver l’entrée d’un bâtiment. Au cœur de systèmes de représentation spatiale (signalétique, cartographie), quantitative (diagrammes), indicative (annuaire), la couleur revêt une stature organisationnelle. Pourquoi cette différenciation formelle, parmi tant d’autres, domine-t-elle la structuration de l’information complexe ?

Découvrez ci-dessous les coulisses de l'exposition par Evantias Chaudat , Camille Duband et Sidonie Milon.

Ressources complémentaires

Vous pouvez suivre l’actualité de l’exposition « Code couleur » sur Facebook en rejoignant la page qui lui est consacrée.
• L’animation ainsi que la communication graphique de l’exposition et de son versant pédagogique sont assurées par Evantias Chaudat, Camille Duband et Sidonie Milon.
• La réalisation des différents dispositifs de l’exposition est assurée par Étienne Guimond, documentariste, artiste, diplômé de l’atelier de Didactique visuelle et Nasser Khelifi, technicien de la Haute école des arts du Rhin.

Présentation de l’exposition sur le site du magazine étapes : design et culture visuelle

Étudiants

Les étudiantes de l’atelier
de Didactique visuelle
Evantias Chaudat, Colin Cuerq,
Camille Duband, Mathilde Dubois,
Pauline Faure, Daisy Gand,
Kevin Gauvin,  Aliciane Guitard,
Cécile Jaillard, Agathe Kervadec,
Emeline Lombrez, Sidonie Milon,
Sandra Willauer

Connexion

Mot de passe oublié ?